Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 07:30

Aphrodite est le restaurant du chef David Faure à Nice, qui propose une cuisine créative "techno-émotionnelle". Audace de chef récompensée par une étoile au guide rouge.

J'avais lu de bonnes critiques sur le blog des Wandering Epicures et la visite du musée d'art contemporain de Nice (à recommander vivement) a été l'occasion d'un déjeuner au calme, belle terrasse spacieuse et verdoyante dans le centre-ville de Nice.

 

CIMG6921

 

CIMG6922

 

CIMG6923

 

CIMG6924

 

Nous choisissons le menu "inclination des mets", 40 euros pour entrée-plat-dessert avec de belles propositions et un choix attrayant. Ce menu est proposé avec une réduction de 30% en réservant sur le site lafourchette.com : nous profitons de l'occasion pour tester le site. Réservation rapide, confirmation, rappel le jour même. Au restaurant, nul besoin de mentionner l'origine de la réservation, tout a été pris en compte et l'accueil est des plus agréables, comme le sera le service tout au long du repas. 

 

CIMG6926

 

Choix de petits pains et excellent beurre aux algues.

  En amuse-bouche, une quiche lorraine déstructurée : lard grillé et crumble de pâte brisée, appareil à siroter à la paille. C'est ludique mais je trouve la boisson un peu écoeurante, le lard pas facile à manger (avec les doigts? au couteau, impossible à couper... attention aux vêtements et pour un tête à tête, pas très glamour...). Très salé en tous cas, comme le seront tous les plats, que je trouverai vraiment trop dosés en sel. Dommage.

 

CIMG6927

 

En entrée, un plat "signature", les maki de foie gras poêlé refroidi, au sardines fumées et dentelle de pain noir, vrais et faux oeufs de saumon, amertume de radis pourpre.

L'intitulé laisse présager d'une construction complexe et en bouche, c'est si complexe que c'en est trop : trop plein de saveurs, ce plat manque un peu de subtilité même s'il est très audacieux. La saveur puissante des sardines annule celle du foie gras, le tout est tellement salé que cela masque la déclinaison des parfums, et sur un plan "partique", très difficile à manger. Bouchées trop grosses pour être mangées une à une : il faut les découper en deux, ce qui n'est pas une tache facile, croquer le pain grillé avec les doigts. Tout cela gâche le plaisir de la dégustation. Effet de saturation, trop de saveurs, trop de complexité.

 

CIMG6928

 

En plat : Millefeuille de filets de sole, citron vert et shiso, cocos de paimpol et girolles en persillade. Je m'attendais à un plat "frais", citronné, en fait il s'agit d'une composition assez rustique avec du jus de viande (ce n'était pas précisé dans l'intitulé et je ne suis jamais très séduite par l'association poisson / jus de viande). Je ne vois pas en quoi il s'agit d'un millefeuille : en fait il s'agit plutôt d'un ballotin de sole "farçi" de citron et feuilles de shiso. Le poisson est sec, trop cuit, et les cocos n'allègent pas la sensation.

 

CIMG6929

 

Le dessert : chokokikoule sur une pâte sucrée cacao, glace lait d'amande. Très bonne glace parfumée mais lègère comme un nuage qui fond donc très rapidement. La pâte chocolat est tellement dure qu'il est impossible de la couper sans faire des dégats : là aussi, pas très glamour. Appareil très bon, chocolaté très corsé.

 

CIMG6930

 

Nous sommes donc un peu déçus par cette expérience gastronomique, qui nous semble "toomuch" et manquant quelque peu de subtilité. Cela ne remet pas en cause l'audace et la créativité du chef, le souci de travailler des produits nobles, la gentillesse et l'attention du service, la générosité des portions.

 

Aphrodite, 10 bd dubouchage, Nice, site web

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sur instagram : suivre Foodistacity

foodista.inthecity@gmail.com

Recherche

 badge-2-white-160x82

 

Categories