Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 13:24

Nous avions eu un coup de cœur pour ce néobistrot à Lyon : retour au Palegrié pour retrouver la cuisine de Guillaume Monjuré, l'accueil bienveillant et les conseils de Chrystel s'agissant des vins et bières. Le menu change chaque jour selon le marché et les inspirations du chef.

Palegrié, Lyon (2)

Nous débutons avec un velouté de chicons très onctueux, l'amertume tonique du légume est très bien équilibrée par la rondeur de l'œuf basse température : un plat réconfortant pour nous mettre en appétit

Palegrié, Lyon (2)
Palegrié, Lyon (2)

Nous avons adoré cet onglet de veau ultra tendre, riz soufflé qui apporte une étonnante saveur grillée sucrée, champignons et crème savoureuse

Palegrié, Lyon (2)

Le dessert est un peu décevant. Les desserts "slash" du Palegrié se renouvellent peu, il s'agit toujours d'une déclinaison crème glace meringue : ici marron / vanille / meringue sans grand relief.

Palegrié, Lyon (2)

Encore une meringue offerte avec l'addition : nous avions préféré les madeleines fondantes la dernière fois.

C'est toujours un plaisir de s'attabler au Palegrié, la certitude de passer un moment réconfortant tant par l'accueil que par la cuisine. Réserver une semaine à l'avance.

Palegrié, Lyon (2)

Pour relire notre dernier passage

Pour l'actu des gourmands à Lyon

Le Mag Lyon Resto

Palegrié : coordonnées

Repost 0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 08:28

J’apprécie beaucoup les moments passés dans les restaurants et lounges des hôtels Mandarin Oriental. Le service est toujours bienveillant et personnalisé, attentif et discret. Jamais de déception, une valeur sûre pour une parenthèse apaisante.







A NYC, le breakfast avec vue sur Columbus Circle nous enchante, le déjeuner au restaurant Asiate a séduit nos papilles, les scones du teatime sont divins. A Londres, c’est un lunch by Heston Blummental qui est un spectacle pour les yeux autant qu’une expérience gustative. A Paris, le french toast du petit-déjeuner est un délice, les pâtisseries du goûter très subtiles.







Sachant que Thierry Marx officie aux cuisines du MO Paris, nous avions très envie depuis longtemps de nous attabler au restaurant gastronomique « Sur Mesure » ».







La décoration en fait une bulle apaisante coupée du monde, l’atmosphère est étonnante et on a l’impression de s’embarquer pour un voyage dans une dimension inconnue.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Ce jour-là, la carte du déjeuner propose de composer son menu selon le nombre de plats souhaité.

Le petit pain vapeur est tout doux, j’aime beaucoup cette texture de pain. On ne peut s’empêcher de le beurrer, c’est un plaisir très régressif.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Voici l’endive travaillée par Thierry Marx en déclinaison crue façon tartare, en mousse au jambon truffé, braisée. C’est le potentiel d’un produit qui se révèle dans différentes associations : c’est aussi savoureux que ludique, et particulièrement aromatique.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Ensuite, un plat signature de T. Marx qu’il ne faut pas manquer : le risotto de soja, huitre et cèpes au parfum truffe. La texture est étonnante, les saveurs sont puissantes, une vraie réussite.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Les simples de la mer en différentes cuissons et association, avec une mousse d’artichaut et un homard excellent.Le bouillon dashi se déguste en alternance. La cuisine moléculaire se fait discrète : ce sont les produits de qualité et les saveurs qui sont au premier plan. La technique et la chimie ne sont là que pour magnifier le produit et ne sont pas une fin en soi.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Que dire du dessert ? un régal pour la gourmande tendance sucrée que je suis. Un « sweet bento », c’est le concept proposé qui permet de goûter à l’ensemble de ces merveilles de saveurs et textures, des classiques réussis et des créations moléculaires : un final en apothéose !

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Sur Mesure au Mandarin Oriental Paris

Repost 0
Published by foodista - dans paris restaurants
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:06

Nous avions déjà beaucoup apprécié la formule breakfast gastronomique (un véritable enchantement le matin!) de La Scène au Prince de Galles Paris. Retour au lever du jour pour une version plus causal et tout aussi délicieuse au bar. On retrouve les viennoiseries créatives de Yann Couvreur, comme cette brioche feuilletée roulée pistache chocolat, ainsi que les confitures et beurres Bordier. On apprécie la décoration Bruno Borrione, la vaisselle épurée magnifique.

Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris
Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris
Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris
Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris

Cette fois nous testons le pain perdu, excellent, mousseux et savoureux, d'une texture incroyable, accompagné d'une crème fouettée vanillée veloutée.

Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris
Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris

Le service est comme d'habitude d'une douceur toute bienveillante. La journée peut commencer avec ce petit moment de bonheur!

Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris

Bar les Heures au Prince de Galles

Repost 0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 08:48

Le chef japonais Keisuke Matsushima enchante la scène gastronomique niçoise avec quelques tables réjouissantes : un restaurant étoilé, un bistrot, où il exerce ses talents en fusionnant les classiques de la cuisine française avec la créativité japonaise en associations de saveurs.

Le restaurant étoilé propose un menu déjeuner à prix ultra-doux (28 euros EPD) pour une cuisine plus simple que celle proposée le soir, et de qualité remarquable.

Keisuke Matsushima, Nice

En amuse-bouche, la tomate cerise façon pomme d'amour a beaucoup amusé nos papilles, alors que la crème glacée à la truffe les a émoustillées avec une saveur très marquée.

Keisuke Matsushima, Nice

Une terrine de champignons des bois, émulsion à la truffe noire nous ravit en cette saison : une entrée légère et très parfumée

Keisuke Matsushima, Nice
Keisuke Matsushima, Nice

Le loup à la cuisson rosée, artichauts épineux sautés à cru au jus doux-amer de clémentines est une vraie réussite : les produits sont d'une qualité irréprochable, les cuisssons parfaites et les saveurs agréables.

Keisuke Matsushima, Nice
Keisuke Matsushima, Nice

Le dessert est une vraie gourmandise d'enfance : poire rotie, renfermant une crème vanillée chaude, dans une soupe chaude de chocolat noir : servi bien chaud, ce dessert régressif fait des étincelles !

Keisuke Matsushima, Nice

Keisuke Matsushima, 22 rue de France, Nice,

site web

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 08:19

La cuisine d'Hélène Darroze est à son image, généreuse et bienveillante. En entrant dans sa "salle à manger", le restaurant de la rue d'Assas à Paris, on se sent immédiatemment convié à un moment de plaisir. L'acceuil est chaleureux, l'espace cosy et feutré.

Déjeuner chez Hélène Darroze, Paris

Pour nous ouvrir l'appétit, une focaccia toute chaude, d'un moelleux mémorable, littéralemment addictive, et de fines tranches de jambon de bigorre découpées devant vous, à picorer à partager. De bons produits, de la simplicité, voilà qui installe une athmosphère de convivialité qui va faire de ce repas un moment heureux.

Déjeuner chez Hélène Darroze, Paris

La formule proposée au déjeuner comprend deux entrées du jour, un plat au choix à la carte et le dessert du jour. Ce jour-là, la première entrée était une crème brûlée de foie gras, sorbet granny smith et espuma cacahuète. Très réussi avec la saveur du foie gras qui domine, une touche d'acidité avec la pomme verte et une écume enveloppante, douce et boisée. Le jeu de textures rend la dégustation très agréable en bouche.

Déjeuner chez Hélène Darroze, Paris
Déjeuner chez Hélène Darroze, Paris

La deuxième entrée est un risotto ultra crémeux, parfaitement réussi, au homard, émulsion parmesan. Un délicieux moment de dégustation. D'autant qu'à priori, je n'apprécie pas le risotto, mais voilà, quand je me sens entre de bonnes mains, je me laisse porter : dans cette ambiance conviviale et généreuse, j'étais certaine que ce risotto-là serait merveilleux.

Déjeuner chez Hélène Darroze, Paris

Pour le plat à la carte, j'ai choisi le foie gras, c'est l'un des produits de prédilection d'Hélène Darroze. Poêlé, fondant et savoureux, accompagné de mirabelles rôties (association qui m'a enchantée) et de choux de bruxelles, condiment gomasio.

Déjeuner chez Hélène Darroze, Paris

Le dessert, chocolat évidemment, incroyable, en différentes textures et arômes, qui comble l'amatrice de chocolat noir corsé que je suis.

Déjeuner chez Hélène Darroze, Paris

Quelques mignardises offertes avec le café et on s'en va, léger et heureux : un repas chez Hélène Darroze, c'est une parenthèse enchantée, un vrai remède à la morosité.

Déjeuner chez Hélène Darroze, Paris

Hélène Darroze, 4 rue d'assas, Paris 6 : site web

Repost 0
Published by foodista - dans Paris restaurants
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 08:36

Difficile d'obtenir une réservation au Palégrié à Lyon : les gastronomes ne cessent d'en faire l'éloge et notre attente était donc exigeante. L'accueil de Chrystel est bienveillant et attentionné, de l'échange téléphonique au service en salle. On se sent choyé, entre de bonnes mains, dans les meilleures dispositions pour se régaler.

Palegrié à Lyon

Les prix sont très raisonnables, pour des produits de qualité, choisis au jour le jour (avec une carte quotidiennement renouvellée au gré de l'approvisionnement), pour une cuisine d'auteur.

Palegrié à Lyon

L'entrée du moment proposée en marge du menu du jour associait un excellent foie gras et des tagliatelles de céleri rémoulade. Audacieuse association parfaitement réussie entre le fondant incroyable du foie gras et le croquant du céleri dans une octueuse mayonnaise très légère et parfumée.

Palegrié à Lyon

On poursuit avec un merlu cuit rosé avec des légumes d'automne. Le poisson est d'une fraîcheur irréprochable, la cuisson rosée lui donne une texture ultrafondante. Le potimarron rôti est délicieux, sucré-caramélisé. Les cébettes apportent une touche d'amertume et d'acidité qui réveille l'ensemble sans anéantir les autres saveurs.

Palegrié à Lyon

Le dessert est à la hauteur du repas, poire pochée, mousse chocolat jivara aérienne, glace meringuée, on termine sur cette magnifique composition sucrée.

Palegrié à Lyon

Et les mini madeleines maison toutes chaudes, avec une touche d'agrume confit, viennent agréablement accompagner le café. Avant de repartir, nous n'avons qu'une envie : réserver de nouveau !

Palegrié à Lyon

Palégrié, 8 rue du Palais-Grillet, Lyon,

site web

Repost 0
Published by foodista - dans Lyon restaurants
commenter cet article
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 10:57

L'an dernier, Le célèbre chef de Vonnas Georges Blanc a racheté l'espace où officiait Nicolas Le Bec (2*) - nous avions alors adoré un déjeuner exécuté par Takao Takano, lequel a aujourd'hui ouvert son propre restaurant (figurant en bonne place sur notre wish list). Le Bec ayant mis la clef sous la porte, c'est un jeu de chaises musicales gastronomiques qui s'est joué à Lyon, où les chefs déploient leurs brasseries "bis" pour une cuisine plus accessible que dans leurs restaurants étoilés. Bocuse a ainsi quadrillé l'agglomération lyonnaise avec ses brasseries Est Ouest Nord Sud, et Georges Blanc est le dernier arrivé dans la presqu'île.

Le centre by Georges Blanc, Lyon
Le centre by Georges Blanc, Lyon

L'espace a été redécoré façon steakhouse. L'accueil est plutôt avenant, ambiance et cuisine typique des brasseries.

Un gaspacho de tomate assez épicé et vinaigré est offert pendant la lecture des cartes et menus.

Le centre by Georges Blanc, Lyon

Certes, la viande de boeuf (origines) est à l'honneur, mais pour moi, Georges Blanc, c'est la Bresse, et même si je sais bien qu'il n'est qu'un prête nom dans l'affaire, je me laisse tenter par le suprême de volaille de bresse façon singapour, dans un bouillon parfumé à la coriandre et citronelle, servi avec un riz au jasmin et des haricots vapeur. La volaille est charnue et délicieusement fondante, pas de doute, la qualité du produit fait toute la différence et le bouillon est particulièrement savoureux, mais avec suffisamment de délicatesse pour laisser la viande au premier plan.

Le centre by Georges Blanc, Lyon
Le centre by Georges Blanc, Lyon

Les desserts sont des classiques de brasserie. La coupe glacée est décevante (glaces trop froides, chantilly industrielle en bombe) pour un prix plutôt élevé : 8 euros. Au total l'addition est assez élevée à la carte (26 euros le plat, 8 euros le dessert) : comme souvent dans les brasseries, on se dit que l'on aurait mieux fait de réserver dans un semi-gastronomique qui propose des formules beaucoup plus attractives pour une cuisine créative et de qualité. A Lyon, les bonnes tables abordables ne manquent pas : La Rémanence, L'ourson qui boit, Le Palégrié (à suivre).

Le centre by Georges Blanc, Lyon

Le centre by G. Blanc, 14 rue grolee, Lyon, site web

Repost 0
Published by foodista - dans Lyon restaurants
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 08:31

Je n'avais entendu que du bien de ce petit restaurant à Lyon, très prisé des connaisseurs. Il faut réserver très à l'avance, et pour cause, l'accueil à la japonaise est adorable, la cuisine subtile et les prix ultra-doux, comme ce déjeuner en 3 plats à ... 18 euros !

L'ourson qui boit, restaurant à Lyon
L'ourson qui boit, restaurant à Lyon

En entrée, un filet de canette en salade, figue, légumes, vinaigrette de poivre japonais. Subtile déclinaison de parfums qui nous met en appétit.

L'ourson qui boit, restaurant à Lyon

Le plat qui suit est une belle réussite : médaillon de plie (habituellement je trouve ce poisson plutôt sec ; ici il est fondant), émulsion de champignon aux saveurs corsées, qui cache des crevettes à la tomate et du chou sauté. Là encore, l'association de saveurs est délicate.

L'ourson qui boit, restaurant à Lyon
L'ourson qui boit, restaurant à Lyon

En dessert, une terrine de chocolat à tomber, twistée par un sorbet pamplemousse qui apporte une douce amertume (oui, je maintiens l'oxymore). Tout cela servi avec une bienveillance toute japonaise, discrétion et paroles à voix douce. Rares sont les occasions comme celle-ci de se sentir choyé, et baisser la garde, se laisser porter tout au long de ce moment apaisé et enchanteur.

L'ourson qui boit, restaurant à Lyon

L'ourson qui boit, 23 rue royale, Lyon, réserver au 04 78 27 23 37

Repost 0
Published by foodista - dans Lyon restaurants
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 08:03

La Rémanence est un restaurant peu médiatisé, peu récompensé, et pourtant, c'est une vraie pépite lyonnaise. L'accueil y est attentionné et distingué, la salle intimiste avec plusieurs salons et grandes tables espacées. Nous l'avons découvert avec bonheur (relire ici) et nous voilà repartis pour un agréable voyage gustatif.

La Rémanence, restaurant Lyon

Les bouchées apéritives sont excellentes, avec cuillères de foie gras brûlé caramélisé

La Rémanence, restaurant Lyon

Excellent pain tout chaud sorti du four et beurre que l'on ne peut s'empêcher de tartiner

La Rémanence, restaurant Lyon

En pré-entrée, une purée de panais à l'huile d'olive, cecina

La Rémanence, restaurant Lyon

En entrée, Foie gras de canard grillé à la plancha,
Velouté de châtaignes de l’Ardêche, bouillon aux senteurs de truffe.
Excellent, savoureux, raffiné, un vrai moment d'extase gastronomique

La Rémanence, restaurant Lyon
La Rémanence, restaurant Lyon

Le plat, côte de taureau cuite sur la braise, crumble de champignons, jus au foie gras. Délicieux, avec une purée de patate douce.

La Rémanence, restaurant Lyon
La Rémanence, restaurant Lyon

Après ce copieux repas, nous ne prendrons pas de dessert, mais nos papilles seront ravies de terminer sur une note sucrée avec d'excellentes mignardises maison.

La Rémanence, restaurant Lyon

La Rémanence, 31 rue du bat d'argent, Lyon 1er (presqu'île) site web

Repost 0
Published by foodista - dans Lyon restaurants
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:25

Unami, c'est ainsi que les japonais nomment la cinquième saveur de base, complétant l'acide, le sucré, l'amer, le salé. Cette 5ème saveur est amenée par le glutamate, utilisé dans la cuisine asiatique. Adam Fleishmann, d'abord formé à l'oenologie, s'est intéressé à l'unami et a crée un concept de burgers "savoureux" en Californie. Après plusieurs restaurant sur la côte ouest, l'ouverture new-yorkaise était attendue et s'est concrétisée cet été. Aussi, nous étions curieux de goûter un des burgers Unami, et pour commencer, la version signature classique, aux champignons shiitake, oignons caramélisés, tomates rôties, parmesan crisp et ketchup maison unami. Un excellent burger, excellente viande, cuite à point, dans un bun épais toasté et croustillant aux abords, dense et fondant comme une brioche à l'intérieur. Les saveurs sont subtiles et délicates, on est loin de l'aggressivité des pickles vinaigrés qui anéantissent les autres parfums.

Unami Burger, 432 6av, NYC, site web

Unami Burger, NYC
Unami Burger, NYC
Unami Burger, NYC
Unami Burger, NYC
Unami Burger, NYC
Repost 0

sur instagram : suivre Foodistacity

foodista.inthecity@gmail.com

Recherche

 badge-2-white-160x82

 

Categories