Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 13:24

Nous avions eu un coup de cœur pour ce néobistrot à Lyon : retour au Palegrié pour retrouver la cuisine de Guillaume Monjuré, l'accueil bienveillant et les conseils de Chrystel s'agissant des vins et bières. Le menu change chaque jour selon le marché et les inspirations du chef.

Palegrié, Lyon (2)

Nous débutons avec un velouté de chicons très onctueux, l'amertume tonique du légume est très bien équilibrée par la rondeur de l'œuf basse température : un plat réconfortant pour nous mettre en appétit

Palegrié, Lyon (2)
Palegrié, Lyon (2)

Nous avons adoré cet onglet de veau ultra tendre, riz soufflé qui apporte une étonnante saveur grillée sucrée, champignons et crème savoureuse

Palegrié, Lyon (2)

Le dessert est un peu décevant. Les desserts "slash" du Palegrié se renouvellent peu, il s'agit toujours d'une déclinaison crème glace meringue : ici marron / vanille / meringue sans grand relief.

Palegrié, Lyon (2)

Encore une meringue offerte avec l'addition : nous avions préféré les madeleines fondantes la dernière fois.

C'est toujours un plaisir de s'attabler au Palegrié, la certitude de passer un moment réconfortant tant par l'accueil que par la cuisine. Réserver une semaine à l'avance.

Palegrié, Lyon (2)

Pour relire notre dernier passage

Pour l'actu des gourmands à Lyon

Le Mag Lyon Resto

Palegrié : coordonnées

Partager cet article

9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 09:48
Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv

Miznon est un restaurant de street food bien connu à Tel-Aviv, et pour notre bonheur de manger sur le pouce, le concept vient de s'installer au cœur du marais.

Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv

Le lieu, décoré de tables hautes en bois brut et de caisses de légumes frais, offre une vue sur la cuisine où se mitonnent les pitas, dans un joyeux bazar survolté.

Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv
Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv
Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv
Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv
Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv
Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv

C'est bondé, succès oblige, vitalité débordante et contagieuse, on fait connaissance, on se met à participer en musique à la chorégraphie ambiante.

Il faut absolument goûter le chou fleur au four, braisé et parfumé, pour accompagner une pita garnie de produits frais et cuisinés à la minute comme ce jour là un bœuf bourguignon (clin d'œil aux métissages gustatifs!). Tout est excellent car réalisé sous vos yeux. La contrepartie, un peu d'attente, en vaut la peine, et d'ailleurs le spectacle est tellement galvanisant que l'on ressort rempli d'énergie ! On peut déguster sur place même si trouver un siège exige quelque patience, ou emporter son sac en kraft dans le métro (et faire profiter le compartiment des effluves de chou fleur... Spécial clin d'œil à Foodie Froggy, blogueuse culinaire qui n'hésite pas à tenter l'aventure !!!)

Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv
Miznon, dans le marais comme à Tel-Aviv

Miznon, 22 rue des ecouffes Paris

Partager cet article

23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 18:00

Saturne, table cave et concept dans l'air du temps, déco en bois clair, cuisine ouverte, équipe jeune et slow-attitude : nous avions envie de goûter les créations audacieuses façon "slash", associations inédites de produits qui pour certains font leur retour dans les assiettes. Sven Chartier et Ewen Lemoigne forment un duo complémentaire entre l'assiette et le verre, et nous aimons bien cette jeune génération qui bouscule un peu les habitudes gustatives, bien que nous apprécions aussi les classiques ayant fait leur preuve. La diversité en cuisine et ailleurs, c'est stimulant.

Saturne, Paris

Le menu change chaque jour, ce qui est toujours bon signe.

En entrée foie gras et gnocchi, consommé de perdreau et trompettes de la mort, lesquelles sont cuisinées d'une étonnante manière séchée brûlée un peu déroutante. Le foie gras poêlé est excellent.

Saturne, Paris

Ensuite la lotte, salsifis, fenouil, coques et langoustines en jus : belle fraîcheur du poisson, la cuisson façon beurre brûlé des légumes ne nous emballe pas vraiment cependant.

Saturne, Paris

Le dessert est tout aussi surprenant puisqu'il s'agit d'un crémeux chocolat (excellent, peu sucré et corsé) avec glace topinambour. Un choix vivement conseillé par notre serveuse, et une composition que nous avons bien aimé.

Saturne, Paris

Se laisser surprendre, faire confiance, et s'aventurer dans des saveurs inédites : c'est ce qu'offre ce voyage en planète saturne. Les produits sont de grande qualité, leur travail en cuisine ne laisse pas indifférent mais ne convainc pas toujours, et après tout, pourquoi pas : c'est inattendu, et il faut parfois exercer son palais !

Partager cet article

Published by foodista - dans Paris restaurant
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 08:28

J’apprécie beaucoup les moments passés dans les restaurants et lounges des hôtels Mandarin Oriental. Le service est toujours bienveillant et personnalisé, attentif et discret. Jamais de déception, une valeur sûre pour une parenthèse apaisante.







A NYC, le breakfast avec vue sur Columbus Circle nous enchante, le déjeuner au restaurant Asiate a séduit nos papilles, les scones du teatime sont divins. A Londres, c’est un lunch by Heston Blummental qui est un spectacle pour les yeux autant qu’une expérience gustative. A Paris, le french toast du petit-déjeuner est un délice, les pâtisseries du goûter très subtiles.







Sachant que Thierry Marx officie aux cuisines du MO Paris, nous avions très envie depuis longtemps de nous attabler au restaurant gastronomique « Sur Mesure » ».







La décoration en fait une bulle apaisante coupée du monde, l’atmosphère est étonnante et on a l’impression de s’embarquer pour un voyage dans une dimension inconnue.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Ce jour-là, la carte du déjeuner propose de composer son menu selon le nombre de plats souhaité.

Le petit pain vapeur est tout doux, j’aime beaucoup cette texture de pain. On ne peut s’empêcher de le beurrer, c’est un plaisir très régressif.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Voici l’endive travaillée par Thierry Marx en déclinaison crue façon tartare, en mousse au jambon truffé, braisée. C’est le potentiel d’un produit qui se révèle dans différentes associations : c’est aussi savoureux que ludique, et particulièrement aromatique.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Ensuite, un plat signature de T. Marx qu’il ne faut pas manquer : le risotto de soja, huitre et cèpes au parfum truffe. La texture est étonnante, les saveurs sont puissantes, une vraie réussite.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Les simples de la mer en différentes cuissons et association, avec une mousse d’artichaut et un homard excellent.Le bouillon dashi se déguste en alternance. La cuisine moléculaire se fait discrète : ce sont les produits de qualité et les saveurs qui sont au premier plan. La technique et la chimie ne sont là que pour magnifier le produit et ne sont pas une fin en soi.

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Que dire du dessert ? un régal pour la gourmande tendance sucrée que je suis. Un « sweet bento », c’est le concept proposé qui permet de goûter à l’ensemble de ces merveilles de saveurs et textures, des classiques réussis et des créations moléculaires : un final en apothéose !

Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris
Sur Mesure par Thierry Marx au Mandarin Oriental Paris

Sur Mesure au Mandarin Oriental Paris

Partager cet article

Published by foodista - dans paris restaurants
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:06

Nous avions déjà beaucoup apprécié la formule breakfast gastronomique (un véritable enchantement le matin!) de La Scène au Prince de Galles Paris. Retour au lever du jour pour une version plus causal et tout aussi délicieuse au bar. On retrouve les viennoiseries créatives de Yann Couvreur, comme cette brioche feuilletée roulée pistache chocolat, ainsi que les confitures et beurres Bordier. On apprécie la décoration Bruno Borrione, la vaisselle épurée magnifique.

Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris
Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris
Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris
Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris

Cette fois nous testons le pain perdu, excellent, mousseux et savoureux, d'une texture incroyable, accompagné d'une crème fouettée vanillée veloutée.

Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris
Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris

Le service est comme d'habitude d'une douceur toute bienveillante. La journée peut commencer avec ce petit moment de bonheur!

Petit-déjeuner au bar Les Heures, hôtel Prince de Galles Paris

Bar les Heures au Prince de Galles

Partager cet article

26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 11:01

Le Cannet, commune limitrophe de Cannes, ne présente pas un intérêt majeur, mais cependant deux bonnes raisons qui justifient un détour : la présence du chef étoilé Bruno Oger à la Villa Archange, et le musée Bonnard, récemment rénové, dans la demeure où vécut le peintre. Après l'exposition de cet été 2013 consacrée au Nu, c'est en cherchant un café aux alentours que nous sommes tombés sur Le Palet fondant, juste en face, et découvert une spécialité chocolatée qui ravira les amateurs de cacao noir corsé.

Le Palet Fondant, Le cannet

Donc juste en face du musée, la terrasse du Palet fondant

Le Palet Fondant, Le cannet

Et les tentations de la maison

Le Palet Fondant, Le cannet

Dont la spécialité, le palet fondant, une extase...

Le Palet Fondant, Le cannet
Le Palet Fondant, Le cannet

Le Palet Fondant, 19 bd sadi carnot, Le cannet

Partager cet article

25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 10:36

Un peu à l'écart de la Croisette bord de mer et de la très commerciale rue d'Antibes, la rue Hoche, piétonnière, est bordée de restaurants et cafés prisés des cannois. Parmi ces adresses locales, le salon de thé Volupté est le lieu de rendez-vous des jeunes femmes (essentiellement) et des jeunes hommes (accompagnateurs) qui jouent à la vie "upper class" distinguée. Pour le meilleur (un lieu cosy et des grignotages agréables du petit-déj au tea-time en passant par un lunch sur le pouce, autour du concept boutique de thé) et le pire (des voisins de table qui ont l'art de se donner en spectacle).

Les grandes assiettes de salades du midi ont l'air appétissantes, de même que les formules autour de "petits pains garnis" (des sandwiches, mais en effet, élaborés avec différentes variétés de petits pains et des ingrédients de qualité à l'italienne).

La gaufre proposée au petit-déjeuner est probablement réchauffée et ressemble à un "crouton" de gaufre. Le thé vert genmaicha est servi dans les règles de l'art.

Volupté, Cannes
Volupté, Cannes

Le tiramisu maison s'en sort bien, et les thés glacés en été sont un véritable bonheur rafraichissant.

Volupté, Cannes

Volupté, rue Hoche, Cannes, site web

Partager cet article

Published by foodista - dans Cannes Nice Antibes
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 08:48

Le chef japonais Keisuke Matsushima enchante la scène gastronomique niçoise avec quelques tables réjouissantes : un restaurant étoilé, un bistrot, où il exerce ses talents en fusionnant les classiques de la cuisine française avec la créativité japonaise en associations de saveurs.

Le restaurant étoilé propose un menu déjeuner à prix ultra-doux (28 euros EPD) pour une cuisine plus simple que celle proposée le soir, et de qualité remarquable.

Keisuke Matsushima, Nice

En amuse-bouche, la tomate cerise façon pomme d'amour a beaucoup amusé nos papilles, alors que la crème glacée à la truffe les a émoustillées avec une saveur très marquée.

Keisuke Matsushima, Nice

Une terrine de champignons des bois, émulsion à la truffe noire nous ravit en cette saison : une entrée légère et très parfumée

Keisuke Matsushima, Nice
Keisuke Matsushima, Nice

Le loup à la cuisson rosée, artichauts épineux sautés à cru au jus doux-amer de clémentines est une vraie réussite : les produits sont d'une qualité irréprochable, les cuisssons parfaites et les saveurs agréables.

Keisuke Matsushima, Nice
Keisuke Matsushima, Nice

Le dessert est une vraie gourmandise d'enfance : poire rotie, renfermant une crème vanillée chaude, dans une soupe chaude de chocolat noir : servi bien chaud, ce dessert régressif fait des étincelles !

Keisuke Matsushima, Nice

Keisuke Matsushima, 22 rue de France, Nice,

site web

Partager cet article

19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:34

J'apprécie beaucoup l'athosphère apaisante et le service discret et personnalisé dans les hôtels Mandarin Oriental, pour prendre un petit-déjeuner ou le temps d'un tea-time. A Paris pour un pain-perdu original en breakfast sucré, à NYC pour la vue époustouflante au lever du soleil, pour les scones délicieux...

C'est dans le patio d'hiver chauffé, véritable havre de paix et de silence, à la végétation luxuriante, que je me suis régalée d'un mont-blanc de saison d'une incroyable légereté, en me réchauffant d'un thé vert pure origine servi dans les règles de l'art, avec la bienveillance habituelle du service soucieux de vous faire passer un moment exceptionnel.

Tea Time au Mandarin Oriental, Paris
Tea Time au Mandarin Oriental, Paris
Tea Time au Mandarin Oriental, Paris

Mandarin Oriental, 251 rue St Honoré, Paris 1, site web

Partager cet article

18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 08:18

J'apprécie rarement les tartes tropéziennes, souvent trop sèches et étouffantes, garnies d'une crème lourde : ce n'est pas une pâtisserie particulièrement raffinée. Mais il m'arrive d'être agréablement surprise par une tropézienne travaillée par un grand pâtissier : ce fut le cas avec celle de Jérôme de Oliveira chez Intuitions à Cannes, qui propose une brioche aérienne bien humide et parfumée à la fleur d'oranger, avec une crème particulièrement veloutée. J'en parlerai bientôt, avec une revue de ses créations automnales. A Paris, j'ai tenté celle de Gérard Mulot dont j'avais eu quelques échos plutôt positifs.

La tropezienne de Gérard Mulot, Paris

Les créations de Gérard Mulot sont toutes très tentantes. Malheureusement, l'accueil de la boutique rue de Seine est glacial et peu aimable.

La tropezienne de Gérard Mulot, Paris
La tropezienne de Gérard Mulot, Paris
La tropezienne de Gérard Mulot, Paris

Que donne cette tropézienne : plutôt réussie, la texture est agréable, fraîche, assez aérienne, mais la saveur est loin d'être remarquable : une note de vanille (dont on perçoit les grains : bon point) et c'est tout. Il me manque la note d'orange confite et de fleur d'oranger...

La tropezienne de Gérard Mulot, Paris

Gérard Mulot, rue de Seine, Paris 6,

site web

Partager cet article

Published by foodista - dans Paris pâtisserie
commenter cet article

sur instagram : suivre Foodistacity

foodista.inthecity@gmail.com

Recherche

 badge-2-white-160x82

 

Categories